CHÂTEAU DE SERRIÈRES

La première mention d’un Seigneur de Serrières remonte à 1132 en la personne d’Othmar de la Poype sans pour autant que soit évoqué dans les archives l’existence d’un château dont la construction primitive semble remonter à la fin du XIIIème siècle (1291) et dont témoignent aujourd’hui la tour maîtresse et l’aile sud. C’est au début du XVIème siècle que le château prend la forme que nous lui connaissons aujourd’hui : quatre ailes cantonnées de tours organisées autour d’une cour intérieure. Par la suite, seule la décoration de l’édifice est régulièrement mise au goût du jour ce qui a permis la conservation de fresques du XVIIème (Les Quatre Saisons et galerie des armoiries) et du XVIIIème siècles.

 

L’histoire du château est indissociable de l’histoire de la famille La Poype apparentée depuis l’An Mil aux Hasbourg et proche du pouvoir. C’est à la protection des habitants de Trept et à des opinions politiques libérales que Jean François de la Poype (1758 – 1851), ancien lieutenant des Gardes françaises, général divisionnaire des troupes de la Convention durant le siège de Lyon de 1793 puis baron d’Empire, doit la vie et la sauvegarde du château.

En novembre 1845, devant l’absence de descendance mâle, Louis Claude Marc, comte de la Poype, se voit dans l’obligation de l’aliéner. Il est alors acheté par Jean-Marie Louis et ses descendants l’occuperont jusqu’en 1965, date à laquelle elles le vendent aux Frères Renaud.

Des campagnes de sauvegarde et de restauration remettront dans leur volume les pièces, les terrasses avec suppression des adjonctions du XIXème siècle, les communs et les bâtiments annexes (ferme, lavoir, pigeonnier, forge, four à pains).